Bienvenue sur l'Espace Acteurs du Tourisme en Bretagne

Vous êtes ici : Accueil > Nouveautés > Vu dans la presse

Vu dans la presse

Trier les évenements par :

Toute l'actualité

  • Les quatre nouveaux labellisés « Ville & Territoire vélotouristiques »

    Le 14/06/2016

    La Fédération française de cyclotourisme a remis le label « Ville & Territoire vélotouristiques » à quatre nouveaux territoires : la ville de Guebwiller (Haut-Rhin), la communauté de communes de Haute-Charente (Charente), la communauté d’agglomération de Flers (Orne) et Guer Communauté (Morbihan).

    Le label valorise les actions des territoires qui s’engagent pour le développement global de la pratique du vélo en offrant un accueil, des services et des équipements adaptés à la pratique du cyclotourisme. À titre d’exemple, la communauté d’agglomération de Flers qui a accueilli la Semaine fédérale internationale de cyclotourisme en 2011 valorisera prochainement près de 450 kilomètres de boucles Vélopromenades® et travaille actuellement sur un plan de déplacement doux.

    Ils sont désormais 28 territoires labellisés dans toute la France.

    Source : WeTourisme #75 - 14 juin 2016 -  www.wetourisme.com

  • LES stats : les Français sont-ils des aventuriers ?

    Le 09/06/2016

    U2GUIDE, la première plate-forme collaborative et solidaire dédiée aux voyages, a interrogé 52089 personnes afin de mieux connaître leur façon de voyager, leurs goûts et leurs craintes.

    Des chiffres en pagaille ? C’est parti !
    Si 31 % puisent leur inspiration de voyages sur le Web, 18 % avouent quant à eux les piocher dans les films et les séries ! Si à la grande époque de Lost, il trouvait tout son sens, ce relativement fort pourcentage laisse plus perplexe lorsque l’on connaît le nombre de fans de Game of Thrones. La destination de rêve de 46 % des femmes et 35 % des hommes serait quant à elle l’Europe ! C’est officiel, on repassera pour Westeros.

    Avant les rencontres, les fêtes ou le farniente c’est la visite de nouveaux lieux et paysages qui motive 83 % des femmes et 64 % des hommes. Esprit de découverte donc, mais pas têtes brûlées pour autant puisque seulement 20 % des femmes et 36 % des hommes avouent ne guère se documenter sur leurs destinations, afin d’être un maximum surpris.

    Contrairement aux idées reçues, l’avion n’est pas le mode de transport le plus craint par les voyageurs puisque 17 % des femmes ont plus peur de prendre le bateau que l’avion (6 %). De leur côté, les hommes semblent beaucoup plus craindre l’ensemble des moyens de déplacement (sauf le bateau, avec un seul petit pour cent) : 15 % ont peur sur les routes, 14 % de prendre l’avion et 13 % des transports en commun. Pour le vélo, on ne sait toujours pas !

    Pour retrouver l’intégralité de cette étude très sympa, c’est par ici.

    Pour visionner le dernier épisode de Walking Dead, c’est… ah non, là il faut juste prendre son mal en patience !

    Source : WeTourisme #74 - 9 juin 2016 -  www.wetourisme.com

  • Chiffre du jour

    Le 07/06/2016

    1% : C’est la progression de la fréquentation touristique dans les hébergements collectifs (hôtels, campings et autres hébergements collectifs touristiques), exprimée en nuitées, par rapport à la même période de 2015, après un net repli au quatrième trimestre (-1,8 %) consécutif aux attentats de novembre.

    Cette hausse est portée par un mois de mars nettement meilleur qu’en 2015, en partie imputable à des effets de calendrier : en 2016, les vacances scolaires d’hiver se sont terminées en mars pour l’académie de Paris, Créteil et Versailles (au lieu de février l’an dernier) et le week-end pascal est tombé fin mars au lieu d’avril l’an dernier.

    Les nuitées en hôtels ont augmenté nettement en province, mais restent en forte baisse dans l’agglomération parisienne (-6,3 % sur un an).

    Source : Insee

     

    Source : WeTourisme #73 - 7 juin 2016 -  www.wetourisme.com

  • Le touriste du troisième millénaire : mobile, participatif, économe, et techno-dépendant

    Le 14/01/2014

    En treize années, entre 2000 et 2013, les comportements touristiques ont profondément évolué sous l'influence de facteurs politiques, économiques, environnementaux ou technologiques faisant basculer le tourisme dans une nouvelle ère.

     Tandis que le terrorisme et les troubles politiques limitent voire stoppent le tourisme dans les pays arabes notamment, la Chine elle s'ouvre à ce dernier. 83 millions de chinois ont voyagé en 2012 et ils seront 200 millions en 2030. Touristes dépensiers, leur panier moyen en France s'élève à 1 500 €. la Zone Asie-Pacifique, de plus en plus prisée, pourrait être une destination à égalité avec l'Europe en 2030.

     Economique, rapide, utile, en rupture avec les modes de transport traditionnels, le transport aérien low cost a contribué à l'élargissement du marché touristique. Chaque ouverture de ligne sur une nouvelle destination génère des milliers de touristes supplémentaires. Revers de la médaille, certaines destinations subissent une pression touristique trop élevée mettant en danger leur pérennité.

     Les catastrophes naturelles en nette augmentation participent à la sensibilisation écologique du voyageur qui devient de plus en plus météo-sensible. Pour répondre à son attente, les opérateurs touristiques vont devoir développer une approche responsable en termes de transport, d'hébergement ou de localisation de nouvelles constructions.

     Les innovations technologiques amènent à repenser les stratégies de communication. Tandis que les réseaux sociaux, comme TripAdvisor par exemple, révolutionnent l'information en donnant la parole aux voyageurs, le téléphone intelligent simplifie la vie du touriste en situation de mobilité. Des applications de plus en plus élaborées facilitent les réservations de transport ou d'hébergement et contribue à la découverte des richesses culturelles locales. L'image joue un rôle prépondérant. A l'avenir, la capacité des applications à fournir au touriste le service dont il a besoin, sera déterminante : les services de base (horaires, cartes, prix, restaurants, accès…) mais aussi alertes et informations en temps réel. Reste toutefois à régler la question du coût des communications en territoires étrangers.

     Sous le coup de la crise économique qui sévit depuis plusieurs années, un tiers des Français ne partent pas en vacances. De nouveaux modes de consommation alternatifs basés sur le troc et le partage se développent. C'est la mobilité partagée avec le covoiturage qui permet de faire baisser le coût du transport et de multiplier les déplacements. C'est aussi le partage d'hébergements entre particuliers. Ces tendances, nées de la crise devraient perdurer, se diversifier, gagner les pays émergents car les valeurs de confort, d'originalité et surtout de convivialité qu'elles favorisent, séduisent.

     

    Source

    2000-2013. Les dix jours qui ont changé le touriste

    Josette Sicsic, Touriscopie, Hors-série, Décembre 2013 - Janvier 2014

  • Le Wifi gratuit, un critère déterminant dans le choix d'un hôtel

    Le 11/12/2013

    Disposer d'une connexion Wifi gratuite inspire le choix d'un établissement pour 38 % des répondants, devant le petit-déjeuner (25%) et le stationnement gratuit (18%). D'après un sondage effectué en 2013 par Intercontinental group, 43% des voyageurs refuseraient même de séjourner dans un hôtel ne disposant pas d'accès gratuit à Internet.

    Aujourd'hui, 58% des hôtels français le mettent à l a disposition de leurs clients au moins dans une partie de l'établissement. Le service est souvent proposé gratuitement mais à faible débit dans les hôtels économiques ou moyenne gamme tandis que les hôtels de luxe optent pour un service payant de qualité.

    L'investissement pouvant se révéler important, des établissements imaginent des services hybrides : accès gratuit pendant un temps donné puis payant, paiement en fonction de la quantité de données transférées, service gratuit en bas débit et payant en premium, service gratuit limité à certaines zones (le hall…)… Certains choisissent d'offrir le Wifi gratuit aux clients adhérents à un programme de fidélité, d'autres le destinent aux seuls clients ayant réservé directement auprès d'eux, une manière innovante de réduire leur dépendance vis-à-vis des agences de voyages en ligne.

    Dans tous les cas, il est essentiel de veiller à la qualité de son réseau et de multiplier les points d'accès au signal. En effet de plus en plus de clients utilisent des tablettes ou des téléphones mobiles qui captent moins bien que les ordinateurs portables.

     

    Sources

    Oui au Wifi mais pas à trop haut débit

    Fabrice Bugnot, l'Echo touristique, 29 novembre 2013

     

    Le Wifi, une préoccupation pour tous les hôteliers

    Aude Lenoir, Réseau de veille en tourisme, 11 novembre 2013

  • Accompagnement et nouvelle grille d'évaluation pour le label "Villes et villages fleuris"

    Le 29/11/2013

    La France compte aujourd'hui plus de 4 000 communes labellisées "Villes et villages fleuris" dont 200 avec la distinction la plus haute marquée par 4 fleurs. 99 % des Français affirment connaître le label et 37% l'utilisent comme critère pour décider d'un lieu de visite. Aussi la modernisation du label sera-t-elle conduite en douceur et portera sur deux points essentiels :

    • la mise en place d'une nouvelle grille d'évaluation de 60 critères qui engloberont aussi bien les modes de gestion pour l'entretien du patrimoine, le respect de la biodiversité, la cohérence des aménagements paysagers, la qualité des espaces publics que la propreté du mobilier urbain, des façades ou des enseignes ;
    • l'accompagnement et la formation des jurys à ce nouveau dispositif.

     Un nouveau site web accompagne par ailleurs la démarche.

     

    Source

    Villes et villages fleuris : label inchangé mais nouvelle démarche

    Jean-Noël Escudié, Localtis.info, 26 novembre 2013

  • Low cost ou location de particulier à particulier : les marqueurs de deux générations de voyageurs

    Le 21/11/2013

    Sous les dénominations  "génération Easyjet" et "génération Airbnb", Josette Sicsic met en évidence deux groupes de comportements touristiques bien distincts, appelés à se développer.

    La "génération Easyjet" ou "génération low cost" vit dans des capitales ou des villes moyennes desservies par des liaisons aériennes à bas coûts. Elle est mobile, sensible à la dépense et experte en matière d'achat sur la toile. Peu concernée par les problématiques environnementales, elle pratique des achats d'impulsion. L'avion n'est qu'un simple moyen de transport, dépourvu de commodités ou de services qui lui permet de pratiquer un tourisme urbain et de court séjour.

    La "génération Airbnb", regroupe les voyageurs adeptes de la location d'hébergement de particulier à particulier. En majorité urbains, multi-partant et cadres, ce sont des consom'acteurs qui jouent alternativement le rôle du loueur ou du locataire. Sensibles à l’ambiance, au décor et à la localisation de l'hébergement choisi, ce sont des voyageurs informés qui ne partent pas à l'aveuglette. Ayant souvent la fibre écologique, ils apprécient de vivre des expériences locales et de rencontrer leurs hôtes.

     

    Source

    Générations : les miroirs du changement

    Josette Sicsic, Touriscopie n° 162, novembre 2013

  • Le cimetière : un lieu de mémoire, d'histoire et de culture à valoriser

    Le 15/11/2013

    Musée à ciel ouvert, véritable carte de visite d'un village ou d'une ville, le cimetière témoigne de l'histoire locale voire nationale. Il suscite l'intérêt des férus d'architecture funéraire comme des passionnés d'histoire ou de généalogie se lançant sur les traces de leurs ancêtres. Aussi de nombreux offices de tourisme ont-ils pris conscience de l'enjeu et mettent en valeur leur cimetière. Visite guidée avec un conférencier ou un habitant motivé (greeter), mise en place de circuits thématiques sur les personnalités inhumées ou l'art funéraire, audioguides, visite virtuelle de tombes de défunts célèbres comme au Père Lachaise sont autant de pistes pour donner des clés de lecture de ce patrimoine. Une route européenne des cimetières est labellisée Itinéraire culturel du Conseil de l'Europe.

     

    Source

    Tourisme de cimetière : une filière à développer

    La Gazette officielle du tourisme, 13 novembre 2013

  • Des assises du tourisme seront lancées courant novembre 2013

    Le 07/11/2013

    Première destination au monde en termes de flux, mais troisième pour les recettes la France doit se mobiliser pour exploiter encore mieux son potentiel touristique. Ces assises réuniront l'ensemble des acteurs, publics et privés du secteur touristique au travers de groupes de travail et d'échanges sur tout le territoire. La réflexion aura pour objectifs d'ouvrir des pistes et de proposer un programme d'actions en vue d'une plus grande diversification de l'offre touristique, de son adaptation aux demandes de nouvelles clientèles, de l'amélioration de sa compétitivité en travaillant notamment sur l'investissement, l'organisation de l'accueil ou la formation professionnelle. Elles seront lancées courant novembre et s'achèveront au printemps 2014.

     

    Source

     Communiqué de presse – Hôtel de Matignon, 5 novembre 2013

  • Comportement d'achat : déjouer les effets d'une météo maussade

    Le 23/10/2013

    90% de la population est météo sensible : la grisaille influe sur l'humeur tandis que l'exposition à la lumière du soleil diminue les émotions négatives. Alors comment contrecarrer les effets négatifs de la météo sur les comportements d'achat ?

    Une approche en plein essor, la Business intelligence climatique s'attache à analyser des données afin de gérer le risque météorologique en mettant au point des stratégies pour en diminuer les effets. Il s'agira par exemple d'anticiper les réservations, de planifier les effectifs et les activités, de gérer les stocks, de définir des actions publicitaires à court terme ou par exemple d'offrir des produits du type "assurance beau temps". Certains vont jusqu'à moduler  les prix de leurs prestations en fonction de la météo afin de stimuler la décision du client.

     

    Source

    Gérer la pluie et le beau temps

    Stéphanie Fissette, Réseau de veille en tourisme, 21 octobre 2013