Bienvenue sur l'Espace Acteurs du Tourisme en Bretagne

Vous êtes ici : Accueil > Nouveautés > Vu dans la presse

Vu dans la presse

Trier les évenements par :

Toute l'actualité

  • Recharger la batterie de son vélo à assistance électrique, en Saône et Loire, ce sera facile !

    Le 02/08/2013

    La société "Nouvel espace mobilité", spécialiste des vélos à assistance électrique est à l'initiative du lancement d'un label national "e-établissement branché". Les structures touristiques (hébergements, restaurants, offices de tourisme, commerçants…) adhérentes au réseau s'engagent à mettre à la disposition de leurs clients une prise de 220 volts leur permettant de recharger la batterie de leurs vélos (coût estimé, 4 à 5 centimes d'électricité pour une recharge complète). L'agence de développement touristique de Saône et Loire soutient la démarche et prend à sa charge la cotisation d'adhésion au réseau (30€/an) pendant les trois premières années. Une vingtaine de structures se sont déjà engagées.

     

    Source

     

    Un label pour les e-établissements branchés

    Les cahiers du tourisme, Août-septembre 2013

     

    Vélo : développer l'électrique

    Emmanuel Daligand, Le journal de Saône et Loire, 22 juin 2013

  • Quand les malades partent en voyage en toute sécurité !

    Le 18/07/2013

    Permettre aux personnes atteintes de pathologies non invalidantes de partir en voyage, tel est le nouveau concept décliné par Destinations à doc. En phase avec l'aspiration à des produits sur-mesure de plus en plus individualisés, le TO s'adresse à des groupes, constitués ou non de 12 à 25 personnes maximum. Les itinéraires sont pensés en mode "slow" avec l'idée de faire vivre une véritable expérience de voyage et favoriser les rencontres en disposant de temps.

    L'accompagnement des groupes est assuré par un médecin urgentiste, disposant d'un matériel d'urgence, au fait des dossiers de chaque malade, ainsi que par un accompagnateur professionnel chargé de la logistique sur place. Chaque étape est choisie à proximité d'un hôpital et l'assurance proposée aux clients est étudiée pour prendre en compte les maladies antérieures et faciliter un rapatriement rapide si nécessaire.

     

    Source

    Le tourisme au service des malades

    Bernard Bousquet, Juristourisme, Juillet-août 2013

  • La norme sur les avis de consommateurs est parue

    Le 10/07/2013

    Après 18 mois de réflexion et de concertation avec les 43 organisations partenaires du projet, l'AFNOR a publié le 4 juillet dernier la première norme volontaire* concernant les avis des consommateurs sur Internet.

     Cette norme répond à  une attente des consommateurs qui s'ils sont 89 % à les juger utiles sont 75% à penser que parmi les avis publiés certains sont faux.

     Tous les sites qui souhaitent améliorer la qualité de leur relation avec leur clientèle pourront ainsi adopter cette norme. Elle édicte des principes en termes de collecte, de modération et de diffusion des avis. En matière de collecte, il est par exemple interdit d'acheter des avis, l'auteur doit s'identifier mais son identification sera cachée lors de la publication. La fourniture d'une preuve d'achat est optionnelle mais elle améliore la crédibilité de l'avis déposé. Le modérateur doit maîtriser la langue de rédaction de l'avis, il ne peut modifier un avis en ligne mais le consommateur a un droit de retrait. Les avis les plus récents devront être affichés en premier et tous les avis doivent être publiés. L'hôtel ou le restaurant noté bénéficie d'un droit de réponse gratuit et publié sous 7 jours.

     Le gestionnaire du site internet peut auto-déclarer l'utilisation de la norme (il engage alors sa responsabilité) ou faire appel à un organisme de certification indépendant pour en vérifier la conformité et en attester. AFNOR Certification va proposer la certification NF Service-Avis en ligne qui sera délivrée après audit et vérification de l'adéquation du fonctionnement du site avec la norme NF Z74-501. Les premiers certificats pourraient être délivrés dès septembre 2013.

    *Norme NF Z74-501

     

    Source

    Afnor publie la première norme volontaire pour fiabiliser le traitement des avis en ligne de consommateurs

    AFNOR, 4 juillet 2013

     

    Avis en ligne de consommateurs : AFNOR Certification devrait délivrer dès septembre les premiers certificats NF Service

    AFNOR, 5 juillet 2013

     

  • Les blogueurs du voyage : des partenaires pour les professionnels du tourisme ?

    Le 18/06/2013

    Les derniers Travel Bloggers Exchange organisés à Toronto ont réuni plus de mille blogueurs. Ces internautes passionnés publient régulièrement des récits de voyage sur leur site personnel, jouant pour les meilleurs d'entre eux un rôle d'influenceur sur les intentions de voyages de leurs publics. Ils adoptent souvent un style de récit, développent un ton, une thématique.

     Se tenir au courant de leur production et chercher leur collaboration peut donc s'avérer intéressant notamment pour les associer à la réalisation d'une brochure ou pour leur confier une mission ponctuelle. Certains professionnels du tourisme organisent des voyages à leur intention et bénéficient ainsi de reportages inédits diffusés hors des canaux médiatiques traditionnels. L'accueil de manifestations réunissant des blogueurs peut être également source de belles retombées pour les territoires d'accueil.

     

    Source

    5 raisons de s'intéresser aux blogueurs

    Linda Lainé, l'Echo touristique, 14 juin 2013

     

  • La vidéo sur internet, une forme de promotion touristique séduisante mais exigeante

    Le 11/06/2013

    Avec 30 millions de visiteurs uniques par mois, YouTube fait la preuve de la démocratisation de la vidéo en ligne. Les seniors (plus de 65 ans) y sont de plus en plus sensibles et constituaient en décembre 2012 près de 10 % de l'audience.

     Les destinations, les hôtels, les agences en ligne, les compagnies aériennes s'y intéressent notamment dans une optique immersive et comme outil d'aide à la vente que ce soit en "B to B" ou en "B to C". Les plus grandes marques de voyages ont créé une chaîne sur Internet, le plus souvent sur YouTube. Du clip à la websérie, les formats adoptés sont variés.

     Avec le mode de paiement en format TrueView des vidéos à visée commerciale diffusées sur YouTube (l'annonceur ne paie que pour les annonces visionnées), le format publicitaire vidéo devient accessible aux PME.

     Mais ailleurs utiliser le média vidéo comme vecteur de promotion touristique ne s'improvise pas. Il est notamment difficile d'être visible au milieu d'une production surabondante alors que 100 heures de vidéo sont mises en ligne chaque minute. Outre le recours éventuel à une publicité ciblée, soigner le contenu et le casting (les personnages qui vont raconter une expérience) devient donc essentiel. Gérald Stein lors des rencontres de Brive la Gaillarde insistait sur plusieurs points à prendre en compte dans une communication touristique par le film :

    • Le contenu n'est intéressant que s'il arrive au bon moment sur le bon écran
    • Ne pas écrire mais raconter,
    • Utiliser la viralité pour diffuser
    • Faire de la vidéo réclame de la technique et du travail notamment lors du montage
    • Il n'y a pas de stratégie de contenu sans stratégie marketing globale.

     Enfin, la multiplication des vidéo amateurs servent ou desservent la réputation des marques et peuvent parasiter les campagnes de promotion. Dans tous les cas, le divertissement et l'humour favorisent le Buzz.

     

    Sources

    5 scénarios de vidéo,

    Linda Lainé, L'écho touristique, 7 juin 2013

     

    La vidéo touristique, reine de Brive La Gaillarde,

    Jean-Luc Boulin, E-tourisme.info, 29 novembre 2012

     

    Les seniors de plus en plus séduits par la vidéo sur Internet,

    Stratégies, le 13h de la Com, 14 février 2013

     

    Un scoop.it pour visionner des films touristiques institutionnels:

     http://www.scoop.it/t/film-touristique

  • Classique, blues, électro… la musique comme motivation touristique

    Le 22/05/2013

    En phase avec le désir des touristes de vivre une expérience forte et des séjours avec du contenu, les TO proposent de nombreux produits touristiques couplant visites et concerts. Les bicentenaires de Wagner et Verdi en 2013 sont le prétexte à des voyages à thème comme "Les terres de Wagner" proposé par Euridice Opéra à Leipzig et Berlin, ou des Week-ends à Vérone avec accès aux concerts des Arènes en option.

     Les compagnies de croisières développent depuis quelques années des croisières thématiques autour de la musique, embarquant à bord musicologues, musiciens, têtes d'affiche et multipliant conférences et concerts, à bord ou à terre.

     Quelques destinations s'appuient sur leur patrimoine musical pour attirer les visiteurs. Berlin thésaurise ainsi sur son statut de capitale européenne de la musique électro, tandis que les USA multiplient les propositions autour du Jazz, du Blues et du Rock avec visites de musées dédiés et de sites emblématiques. La Grande-Bretagne a même utilisé la musique comme outil de promotion dans sa campagne publicitaire 2013, en mettant l'accent sur tous les lieux touristiques liés aux grands noms de la musique anglaise, de Britten aux Beatles.

     

    Source

    Le tourisme musical dans le bon tempo

    Le quotidien du tourisme, 16 mai 2013

  • 100 sites et applications pour préparer vos vacances

    Le 17/05/2013

    Avec ce dossier réalisé par la revue 01 net, impossible d'être pris au dépourvu que ce soit pour réserver son voyage, régler des formalités en ligne, équiper son Smartphone pour réussir ses photos ou téléphoner sur place, télécharger les meilleurs guides touristiques ou connaître toutes les astuces pour simplifier son séjour. Et pour les pros, vous saurez tout sur les modes d'information de vos clients.

     

     

     

  • Les Français et le restaurant : des produits frais, cuisinés sur place

    Le 15/05/2013

    D'après une enquête d'Opinionway pour l'UMIH, réalisée en avril 2013, les Français associent au restaurant les notions de plaisir, convivialité, gastronomie, sortie et détente. Toutefois, un quart d'entre eux le trouve cher.

     S'ils sont 73 % à être satisfaits de la qualité des plats qui leur sont servis et comblés par le nombre de plats proposés à la carte, la convivialité du lieu, le service ou l'accueil, ils ne sont que 10 % à être très satisfaits et 62 % à avoir confiance dans l'origine des produits proposés.

     82 % jugent incompatible avec leur attente la pratique de certains restaurants d'utiliser des produits déjà en partie cuisinés. Ils souhaitent une carte uniquement constituée de produits de saison, locaux et sont prêts pour cela à accepter une carte moins fournie, voire à payer plus cher. Ainsi, un Français sur trois est prêt à payer plus pour ne se voir servir que des produits frais.

     Ils sont massivement (96%) favorables à la création d'un statut garantissant les restaurants où les plats sont cuisinés sur place.

     

     Source

    Les restaurants vus par les Français

    Industrie hôtelière, Mai 2013

  • "Hôtellerie de France", un nouveau réseau pour les hôtels-bureaux

    Le 02/05/2013

    Le réseau "Hôtellerie de France", lancé le 22 avril 2013 veut fédérer à l'échelon national les hôtels indépendants sans restaurant. 200 hôtels y ont déjà adhéré pour un objectif affiché de 400 à 500 hôtels d'ici deux ans.

    Professionnalisme de l'accueil, mise en valeur des petits déjeuners et nouveau classement comme gage de la modernisation de ces hôtels sont les trois axes mis en avant par le réseau. Par ailleurs, un partenariat avec "Tables et auberges de France" qui regroupent 1 200 restaurants permet une véritable synergie commerciale via une promotion commune.

     

    Source

    Hôtellerie de France, un nouveau label pour les hôtels-bureaux

    Bernard Degioanni, L'hôtellerie-restauration, 26 avril 2013

  • Sport, lecture et bricolage : le tiercé gagnant des loisirs des Français en 2013

    Le 19/04/2013

    Les Français sont satisfaits à 68% de leur équilibre vie professionnelle/vie personnelle. Le nombre de ceux qui souhaiteraient travailler moins pour avoir plus de temps libre a augmenté de trois points (13% en 2013/10% en 2011) tandis que celui qui opterait pour une activité professionnelle plus épanouissante quitte à avoir moins de temps libre a baissé d'un point (16% en 2012/ 17% en 2011).

     Les loisirs préférés restent le sport (24%) surtout chez les hommes et les 25-34 ans, la lecture (10%) en particulier chez les femmes et les plus de 50 ans, le bricolage (6%) avec une dominante masculine. Le jardinage qui occupait la troisième place en 2012 a perdu 2 points.

     Le surf sur Internet a particulièrement les faveurs des PCS- (74%), des foyers avec enfants (74%) et des hommes (69%). C'est également le premier loisir pratiqué chez les 18-24ans (82%) et les 25-34 ans (76%).

     Les PCS + privilégient les sorties culturelles (concerts, expositions…). Les loisirs artistiques et créatifs attirent plus de la moitié des femmes, en augmentation de 10 points par rapport à 2012.

     Au cours des douze derniers mois si la moitié des Français ont maintenu leur budget loisirs, 33% l'ont diminué et 15% l'ont augmenté. Les activités culturelles payantes sont les loisirs les plus touchés par les restrictions budgétaires.

     

     Internet, un média très présent dans leur vie quotidienne

     38% des Français (47 % des plus de 65 ans) se connectent à Internet plusieurs fois par jour pour leur usage privé et en dehors de la consultation des e-mails.

     75 % l'utilisent pour rechercher des informations sur des sorties, expositions, spectacles, 61% pour préparer un voyage ou des vacances, 56 % pour rechercher des recettes de cuisine, 45 % pour aller sur les réseaux sociaux. Le surf sur les réseaux sociaux est prioritairement une activité des plus jeunes : à 90 % pour les 18-24 ans et 72% pour les 25-34 ans.

     L'ordinateur reste le support de connexion privilégié (94%), tandis que 30% utilisent également un Smartphone et 15% une tablette. Les usagers des Smartphones sont prioritairement des hommes (59%) et des jeunes (57 % ont moins de 34 ans). A l'inverse la tablette est plus prisée par la tranche des 35-49 ans et par les PCS+ (50%).

     

    Source

    Observatoire des loisirs PMU – Vague 5

    TNS Sofrès, avril 2013